© 2018 NEUROPTEAM - Mentions légales - Plan du site

contact@neuropteam.fr   |   siège social : 1025 avenue Henri Becquerel - 10 Parc du Millénaire, 34000 Montpellier

Rendez-vous : 200 C, chemin des Cigales - 34730 Saint-Vincent-de-Barbeyrargues

TÉMOIGNAGES

Vous avez la parole ...

N'hésitez pas à nous contacter !
Appelez-nous dès aujourd'hui pour toute information complémentaire ou pour prendre rendez-vous.

Bonjour,

Je m'appelle Adrien et j'ai 11 ans.

Je suis TDAH, ça veut dire que j'arrive pas à me concentrer et suivre les cours sans me faire remarquer. J'agace tout le monde. J'ai du mal à lire, à écrire et j'aime pas aller au collège.

Le neurofeedback me calme beaucoup. Après je suis moins énervé.

Mes parents me grondent beaucoup moins et sont plus sympas avec moi.

Tout le monde est content.

J'ai pas fait encore beaucoup de séances alors on verra après plus de séances comment je serai.

(Merci Adrien pour ton témoignage et à tes parents qui ont donné leur accord pour le publier).

Adrien, 11 ans

Montferrier-sur-Lez, Hérault

J’ai connu le Neurofeedback grâce à Aline qui est une amie de longue date.

Sujette à de nombreux stress et angoisses, tant sur le plan professionnel que familial et étant depuis toujours ouverte à des traitements «parallèles» qui pourraient m’éviter des prises de médicaments dont je ne suis guère adepte, je lui ai tout de suite demandé si elle pouvait me prodiguer des séances et ainsi tester ce nouveau moyen de se recentrer sur soi-même.

Vivant en Ile de France, je profite donc des moments où je peux aller la voir car je connais ses méthodes et son professionnalisme. A l’heure actuelle et seulement après quelques séances, je me sens nettement plus calme. En plus c’est un vrai moment de relaxation lorsqu’elles sont pratiquées.

Je m’endors systématiquement et me réveille sur un petit nuage. Mes problèmes sont toujours présents mais j’arrive à mieux les gérer, à relativiser au lieu de trop m’énerver, je prends davantage conscience qu’il faut savoir s’accorder du temps et que contrairement au dicton, il est possible de remettre au lendemain des choses qui, tout compte fait, ne sont pas si urgentes que cela.

Je sens que j’ai encore besoin de séances et ai bien l’intention de continuer ce magnifique parcours vers la sérénité.

Isabelle, 55 ans

Noisy-le-Grand(93)

Suivre les cours, me concentrer, bosser pour les examens et vivre ma vie d'étudiant indépendant loin de ma famille, ça me stressait.

Ma copine habite au nord de Montpellier. J'ai vu une affiche parlant du neurofeedback.

Pas d'effort à faire, rien que ça m'a donné l'envie d'essayer. Mes parents m'ont payé les séances.

Ils m'ont dit que leur mutuelle leur en avait remboursé quelques unes.

Résultat, j'arrive à mémoriser mes cours plus vite et surtout les comprendre beaucoup plus rapidement et facilement.

Le séances de neurofeedack sont "cool"; on regarde un film sur grand écran comme au ciné ou on écoute de la musique comme au concert. On en sort détendu, "zen". 

Après une séance tout est plus facile. 

J'arrive même plus à capter pourquoi je n'y arrivait pas avant !

Matthieu, 20 ans

Montpellier, Hérault

J'avais entendu parler des séances de neurofeedback. Je m'étais renseignée sur internet.

Lorsque mon amie qui se trouve être ma voisine m'a dit qu'elle allait ouvrir un cabinet de neurofeedback dynamique, je n'ai pas hésité à lui demander de me faire des séances.

C'est une technique très efficace contre le stress, les angoisses, le mal être intérieur.

Après une séance, je mes sens dans un profond état de bien-être. Toutes mes tensions ont disparu.

J'ai uniquement envie de me poser, me reposer.

Je ressens mon corps et mon mental en unité, alignés.

Selon la vie que nous menons, selon nos problèmes personnels, je conseille le neurofeedback dynamique.

Cela nous aide à retrouver un état de conscience et d'équilibre et je dirais, essentiellement, un bien-être intérieur.

Brigitte, 60 ans

Saint-Vincent-de-Barbeyrargues, Hérault

Lors de ma 1ère séance, je n'ai pas eu de sensation d'effet de quelque forme que ce soit. Mais c'est à partir de la 5ème séance que j'ai identifié les bienfaits du neurofeedback dynamique.

Auparavant, j'avais une nette tendance à remettre tout au lendemain, à procrastiner.

Après une opération bariatrique (by-pass) pour perdre du poids (- 40 kg), j'étais en perte d'identité, ne me reconnaissant plus.

J'ai eu la belle surprise d'un accroissement de ma confiance ainsi que de ma productivité. Je me suis senti beaucoup plus serein et plus sûr de moi.

Afin de faire perdurer ces effets bénéfiques, j'ai souhaité prolonger cette expérience jusqu'à 20 séances. Je ne le regrette absolument pas.

Un effet totalement inattendu mais vraiment très appréciable est que j'ai retrouvé la vivacité masculine de quelqu'un de beaucoup plus jeune.

Daniel, 55 ans

Saint-Vincent-de-Barbeyrargues, Hérault

J'ai fait une séance pour tester le Neurofeedback.

J'ai été à la salle de sport le lendemain.

J'étais "boosté". J'étais comme "dopé" mais je me sentais normal comme si c'était ma façon de fonctionner depuis toujours.

J'ai fait plus de répétition que d'habitude et pourtant je n'avais même pas l'impression d'être essoufflé.

C'était super.

Cet effet a duré 4 jours.

J'ai fait d'autres séances. Mon endurance a l'effort a augmenté. C'est génial !

Ma précision de jeu dans certains sports est nette, comme le tennis par exemple.

J'ai encore envie de faire plusieurs séances.

Marc, 23 ans

Montpellier, Hérault

Même si je me trouve encore très bien en comparaison d'autres personnes, mon âge m'a rattrapé.  Cela m'agace.

Je suis veuve depuis 2 ans. Depuis cet événement j'ai beaucoup perdu de dynamisme et de force pour affronter la vie de tous les jours. Tout fini par m'ennuyer et me taper sur les nerfs.

A mon âge j'ignorais que mon cerveau pouvait encore évoluer, mais j'ai quand même essayé pour voir, sans y croire vraiment et sans rien attendre.

Je dors pendant les séances et cela me relaxe totalement et me détend.

Elles m'apportent beaucoup car je me sens moins agressée, je suis plus calme, tranquille.

J'ai aussi l'impression d'être plus claire dans mes pensées et d'oublier moins de choses.

Je ne veux pas les arrêter pour l'instant car ça me fait du bien.

Janine, 88 ans

Prades-le-Lez, Hérault

Ancienne surveillante générale d'une clinique de rééducation fonctionnelle, j'avais dès 1996 entendu parler du Neurofeedback comme méthode prometteuse efficace pour venir en aide aux personnes polytraumatisées.

Mais depuis, plus rien. Jusqu'au jour où j'ai entendu parler du Neurofeedback dynamique NeurOptimal®.

Très sceptique sur cette méthode, non conventionnelle à mes yeux, mais après avoir entendu tant de choses positives dessus par des personnes ayant toute ma confiance, ne voulant pas rester de côté, j'ai fait une séance.

A peine remontée dans mon véhicule, j'ai de suite senti les premiers effets.

J'avais l'impression que j'étais en mode accélération. J'ai abattu en un temps record, sans trouver cela difficile ou fastidieux, des taches que j'avais remise au lendemain depuis assez longtemps. J'ai pris de l'avance sur tout ce que j'avais à faire.

Je n'avais plus mal aux muscles et ai pu porter mes sacs de course sans même y prêter attention.

Mon moral a été nettement amélioré bien que mes soucis et tracas n'aient changé en rien. Je ne les voyait plus de la même manière.

En un mot cette méthode de Neurofeedback m'a convaincu sur les changements positifs qu'elle apporte à qui suit des séances.

Evelyne, 60 ans

Palavas-les-Flots, Hérault

Bonjour à toutes et à tous,

 

J’ai envie de porter à la connaissance de tous, la métamorphose d’un être handicapé par des troubles neurologiques conséquents, en un être plein de vie et vivant une vie « normale ».

Pourquoi ?

Parce que l’espoir de vivre « comme tout le monde » a été abandonné par beaucoup.

Voir cette personne relever tous les défis que la vie lui impose et être joyeuse, pleine d’énergie et confiante en l’avenir est une merveilleuse leçon.

Quand j’ai « un passage à vide », il me suffit de la regarder et je sais que tout est possible, même l’impensable !

Il s’agit de mon fils. Il est incroyable.

Lui qui n’était destiné à n’être qu’un enfant considéré comme handicapé et sans avenir !

Aujourd’hui il est épanoui, heureux de vivre et surtout, à 11 ans, il réussit sa 6ème dans un collège classique.

Et pourtant …

Début janvier 2018, il nous a été dit qu’il souffrait de pression intracrânienne due à une craniosténose (fusion prématurée de certaines sutures de son crâne) non opérée quand il était nourrisson.

Cette pression intracrânienne lui a procuré de nombreux troubles neurologiques.

Il n’en souffre aujourd’hui quasiment plus ou très rarement.

A 8 ans, on lui avait diagnostiqué un Trouble du Déficit de l’Attention sans Hyperactivité (TDA/H).

Malgré les médicaments (Méthylphénidate : Ritaline, Quazym 20 puis Concerta LP en association avec Quazym20) son état empirait de mois en mois et d’années en années.

En CM2, son orientation était vers une classe ULIS (réservée aux enfants présentant un handicap et ne pouvant pas intégrer un cursus classique) car il semblait impossible qu’il soit capable de suivre une scolarité « normale ».

FAUX.

Aujourd’hui, en 6ème  dans un collège classique, il suit parfaitement.

Grâce au Neurofeedback Dynamique.

Tout au long de l’année 2017, il a suivi des séances de Neurofeedback Dynamique.

En même temps, il avait une série d’examens à effectuer au CHU pour comprendre d’où provenaient les symptômes neurologiques qu’il avait décrits depuis ses 8 ans et qui avaient empirés au CM2 à 10 ans.

Fin premier trimestre 2017, il a arrêté les médicaments avec l'accord du médecin.

Sa médication n'était plus nécessaire.

Son état, par la suite, n’a cessé de s’améliorer de mois en mois.

Les progrès qu’il obtenait séances après séances étaient remarquables.

Fin 2017, en 6ème dans un collège classique, il a eu les encouragements au 1er trimestre, puis les compliments au second trimestre en 2018.

Cette semaine en cours de mathématique, il a lu devant toute sa classe un exposé sur l’histoire du mètre (naissance du système métrique). Exposé qu’il a lui-même réalisé sur ordinateur après recherches personnelles. Sa professeure a apprécié son travail au point de lui demander de lui en faire une copie, pour la donner en exemple.

Fin CM2, si quelqu’un m’avait dit que mon fils accomplirait cela, je l’aurais pris pour un utopiste ou un doux rêveur.

Lui, qui ne pouvait pas lire correctement (dyslexie, problèmes orthoptiques, difficultés visio-spatiales, …), ni écrire (dyspraxie, dysgraphie, …), lui qui était beaucoup trop lent et inconstant dans la restitution de ses connaissances, très fatigable.

Lui qui par moment souffrait tellement qu’il en avait des malaises. Il ne voyait plus, n’entendait plus, ne pouvait plus parler, ne ressentait plus rien, vacillait sur ses jambes et avait envie de vomir.

Lui qui, lorsqu’il débutait une phrase s’arrêtait net et ne pouvait pas la continuer car il ne se rappelait plus de quoi il parlait.

Lui qui, lorsqu’il était interrogé, ne pouvait pas répondre car les mots ne sortaient pas de sa bouche.

Et pourtant !

Cette méthode simple, le Neurofeedback Dynamique, est incroyablement efficace et offre un avenir à ceux qui ne pensaient pas pouvoir en avoir.

Méthode décriée par certains médecins Français alors qu’elle est pratiquée depuis plus de 17 ans à travers le monde, a des millions d’heures d’utilisation et a été créée par des psychologues cliniciens, pourquoi ?

Elle a déjà modifiée la vie de milliers de personnes.

Je m’y suis intéressée par l’approche des neurosciences.

Merci aux neurosciences qui ont mis en avant la plasticité cérébrale et l’homéostasie.

Merci également au Pr Hugues DUFFAU, neurochirurgien à Hôpital Gui de Chauliac (Montpellier), un des pères des neurosciences, qui a découvert que le cerveau est différent de ce que l’on a cru durant 150 ans.

La lecture de son livre « l’erreur de Broca » (édition Michel Lafon ou Pocket) a été une révélation.

Le cerveau n’est pas distribué en régions (aire de Broca, etc) mais en faisceaux et sous-faisceaux, en réseaux interactifs dynamiques capables de se réadapter en permanence.

Chaque cerveau possède sa propre cartographie qui est donc unique.

Aucun cerveau humain ne peut donc servir de référence pour un autre.

Il faut donc aborder chaque personne de manière individuelle.

Le Pr. DUFFAU intervient sur des tumeurs dites jusque-là inopérables.

Opérations avec patients en état d’éveil pour cartographier précisément le cerveau de chaque patient opéré. Exérèse de la tumeur avec rétablissement parfait des opérés qui vivent une vie tout à fait normale par la suite.

Cela m’a apporté une bouffée d’espoir pour mon fils.

Si le cerveau était capable de réorganiser ses réseaux de connexions et sous-réseaux de manière naturelle (neuroplasticité) tout au long de la vie, alors tout était possible.

C’est pourquoi, je suis devenue praticienne de Neurofeedback Dynamique afin d’aider mon fils.

Heureusement, car sinon il ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.

Cette méthode ne procure pas d’effets secondaires.

Toute personne, à tout âge, du bébé à la personne âgée, peut donc suivre des séances de Neurofeedback Dynamique. Même protocole pour tout le monde, basé sur le son et la neuroplasticité.

Cette méthode permet à chaque cerveau de se réorganiser par lui-même et par rapport à lui-même.

Elle est donc, ni « hyperlocalisationniste », ni normée.

Ce qui diffère radicalement des autres méthodes de neurofeedback qui toutes font appel à un cerveau dit « normal » ayant servi de « référence » et ne sont pratiquées qu’en milieu hospitalier.

Si vous êtes parents d’enfants souffrant de TDAH, ou simplement de DYS (dyslexie, dyspraxie, dyscalculie, …), ou si vous en connaissez, merci de leur indiquer qu’un espoir pour leur enfant existe et que vous connaissez une praticienne de Neurofeedback Dynamique sur Montpellier qui voit son propre fils faire continuellement des progrès.

Les enfants, une fois leurs séances terminées n’auront plus besoin d’en suivre d’autres car leurs améliorations seront définitives et acquises à vie.

A la différence des autres enfants, mon fils est contraint de continuer ses séances puisque son cerveau continue de grandir jusqu’à environ ses 18 ans.

Sa boîte crânienne, elle, ne sera jamais flexible et sera toujours trop petite pour contenir son cerveau coincé comme dans un étau.

Pour qu’il ne souffre plus de ses problèmes neurologiques, il doit donc poursuivre les séances de Neurofeedback Dynamique. Il peut vivre normalement et cela est précieux.

Le Neurofeedback Dynamique peut venir en aide à de nombreuses personnes en souffrance ou simplement désireuses d’améliorer leurs performances cognitives, physiques, …

Gagner en qualité de vie, à tout âge et quel que soit l’état de santé de base, n’est-ce pas un souhait pour tout un chacun que de voir sa vie se métamorphoser ?

Si vous-même souffrez de troubles tels qu’insomnie, stress, migraines, manque de concentration, perte de motivation, esprit embrouillé, perte de mémoire, procrastination, etc., n’hésitez pas à suivre des séances de Neurofeedback Dynamique.

Cette méthode est surprenante car ses possibilités d’amélioration de la qualité de la vie de personnes qui ne pensaient pas pouvoir vivre une vie normale, sans souffrance, est remarquable.

Mon fils en est une preuve indéniable.

Aline maman d'un enfant de 11 ans, Saint Vincent de Barbeyrargues. Praticienne Neurofeedback Dynamique

Métamorphose d'une vie

Please reload

 

ACCUEIL > Témoignages